AfricaLog.com – Le portail de l’actualité sur l’Afrique et le Monde
home

Vous pouvez consulter l'aide question 9 pour viagrasansordonnancefr.com viagra plus d'informations. AbonnementsVersion iPadVersion mobileBoutique Marie Claire Retenir mon mot de passeCe soir, à minuit, le citrate de sildénafil tombera dans le domaine public.

<!-- dfnfjbgknfgbkjn, 6bfb847d-b4aa-4a3c-814f-7c800c1a2153 -->

Thierno Ousmane Diallo: «Les touristes viennent dans des pays en paix»

May 15, 2016
Thierno Ousmane Diallo: «Les touristes viennent dans des pays en paix»

Dans cet entretien, le ministre du tourisme, de l’hôtellerie et de l’artisanat Thierno Ousmane Diallo nous parle de sa lettre de mission, des reformes qu’il entreprend à la tête de ce département mais aussi des mesures sécuritaires entreprises au sein des infrastructures touristiques et hôtelières de a Guinée.

AfricaLog: Bonjour monsieur le ministre, comment se porte votre département?

Thierno Ousmane Diallo: Le département se porte bien. On est en train de mettre des choses en place. Après ma nomination il ya trois (3) mois, tous les ministres autour du chef du gouvernement Mamady Youla, nous nous sommes réunis aux cases belle-vue pour une retraite gouvernementale. Nous y avons organisé un séminaire pour harmoniser les positions, orienter chaque département et choisir les priorités. Donc c’est dans ce cadre que chaque ministère a reçu sa lettre de mission. J’ai aussi eu la mienne et cette lettre de mission se structure en trois points sur lesquels on consacre nos actions:

1-L’amélioration des cadres juridiques, réglementaires et institutionnels: Car nous avons un besoin criard de mettre en place une politique de tourisme. Des textes avaient été élaborés à cet effet, nous nous sommes mis sur ce texte et nous allons le faire.

2- Finalisation du processus d’autonomisation de l’office national du tourisme : dans le ministère nous avons deux entités dans ce sens, l’office national de la promotion du tourisme et l’office national de la promotion de l’artisanat. En fait, ces deux offices chacun en ce qui lui concerne est chargé de faire le marketing et la promotion du tourisme et de l’artisanat. L’office national doit vendre l’image de marque de la Guinée en Afrique et dans le monde après l’épidémie d’Ebola qu’a connu notre pays.

3-Le contrôle de l’application des normes d’hygiène et la prestation au niveau des hôtels: à Conakry il faudrait qu’on assure un rapport qualité prix tout à fait acceptable. Il faut rappeler que pendant le premier quinquennat du professeur Alpha Condé il a fait beaucoup d’efforts dans le domaine de la construction des hôtels, il y en a des cinq étoiles, de quatre étoiles……. En tout cas des hôtels qui vont du luxe au médium. Tout ça il faudrait un personnel bien formé pour une bonne prestation. Pour changer cette tendance on doit songer à la formation des cadres afin qu’ils soient compétents et compétitifs. Vous savez en Guinée c’est l’Etat qui est le premier employeur. Nous allons alors procéder à l’identification des différents profils. Pour cela nous avons noué des partenariats avec le royaume du Maroc pour la formation de certains cadres du ministère, il en est de même pour la Turquie. Nous avons profité de la visite du président turc Recep Tayyip Erdogan, là également nous en verrons quelques-uns. Nous allons aussi nous employer dans la formation des étudiants qui sont appelés à travailler dans les hôtels.

Quelles sont vos projections pour les mois Ă  venir?

A partir de 2017 c’est sûr que l’offre d’hébergement dans les différents hôtels sera accrue. Il y aura à Conakry seulement tout hôtel confondu haut standing en moyenne 200 à 2500 lits. Les hôtels en construction ouvrent dans de bonnes conditions. C’est le cas de l’hôtel Noom qui va ouvrir bientôt, l’hôtel Kaloum avec 340 chambres, il ya le Ceratom avec 240 chambres, Azalai qui est à moitié construit. Enfin il ya aussi le Radisson blue dont la construction n’a pas encore démarré. Tout ça fait partie des projets que nous avons avec nos partenaires publics-privés. Nous avons aussi en partage avec le Sénégal le parc Nekolo-Badjar situé dans la préfecture de Koundara à l’Est de la capitale Conakry. Cet espace doit être aménagé par le PNUD (Fonds des nations-Unies pour le développement). Ce lieu est un site touristique très prisé. En visite récemment à Abidjan le secrétaire général de l’OMT ( organisation mondiale du tourisme) nous a invité à Madrid en Espagne pour des sessions de travail. Nous projetons organiser des foires à Kindia, Kankan..... dans les capitales régionales. il ya déjà une qui a eu lieu à Labé, elle a été vraiment formidable.

Monsieur le ministre à vous entendre on sent que vous avez assez d’initiatives mais est-ce que vous avez les moyens de votre politique?

Justement! Les moyens viennent avec les initiatives. Il faut avoir le courage de foncer et oser franchir les obstacles. On le sait depuis la tourmente causée par la fièvre Ebola et surtout la baisse des cours des matières premières, c’est pourquoi on encourage le partenariat public-privé. Je ne dirai pas que la Guinée est un scandale touristique mais c’est la synthèse touristique de l’Afrique de l’ouest. On a tout ce qu’il nous faut dans notre pays, il nous faut juste une volonté et un peu de moyens et ça va aller.

L’autre inquiétude c’est le côté sécuritaire, en voyant tout ce qui se passe dans la sous-région et dans le monde est-ce qu’il y a des mesures envisagées pour se prémunir contre le terrorisme et protéger ces infrastructures?

Le problème d’insécurité est une inquiétude internationale. Le terrorisme est planétaire, les plus grandes puissances sont les premières touchées malheureusement. Vous avez vu ce qui s’est passé à Paris, Bruxelles, Ouagadougou, Bamako, Grand Bassam…..
Je ne vais forcément pas étaler toutes nos stratégies dans la presse, mais je vais juste vous dire qu’il y aura des contrôles électroniques pour tous ceux qui entrent et sortent dans nos structures touristiques et hôtelières, en installant des portiques. A coté il ya des agents des forces de maintien qui portent des armes à feu, avant ça heurtait des sensibilités qui se disaient que le fusil est dangereux mais je pense que la clientèle a compris qu'il vaut mieux être avec ces agents qu'être à la merci d'une probable attaque djihadiste. Ces mesures sont visibles. Le département travail en commun accord avec le ministère de la sécurité.

La menace est vraiment réelle, nous ne souhaitons pas que pareil cas se produise en Guinée. Il faut donc prendre des dispositions pour assurer au mieux la sécurité des hôtels et des clients.

Mais est-ce que vos mesures ne se limitent pas aux mots parcequ'à voir certains hôtels on a l'impression qu'il n'y a pratiquement pas la sécurité?

Non non! vous vous trompez on ne vous contrôle pas parce que vous ne représentez pas une menace. Assurer la sécurité ce n'est pas fouiller ou humilier quelqu'un. C'est plus discret. Nous redoutons ces terroristes, leur objectif est de tuer et d'emporter d'autres dans leur aventure. C'est trop inquiétant!

On voit de moins en moins de touristes en Guinée, comment vous vous investissez pour changer la donne?

Les touristes viennent dans des pays en paix. Heureusement que nous ne sommes pas en guerre, mais nous avons été pestiférés à cause de la fièvre Ebola. Donc celà n'encourage pas les expatriés à venir en Guinée. Le problème c'est que dans notre pays les gens sont moins souriants et accueillants. Il faudrait que ce comportement change. Dans les autres pays, le cadre donne goût d'y visiter, et quand vous avez un problème on s'occupe bien de vous. Cette culture doit être ancrée chez nous, ça contribue à attirer les visiteurs mais aussi le civisme. Nous avons pourtant les potentialités, on en profite juste pas. C'est dommage! il y a pourtant de belles filles et de beaux hommes ici qui ont le sourire mais ils refusent. Cette éducation, c'est vous, c'est moi...... c'est tout le monde. Voilà.

Monsieur le ministre merci....

C'est Ă  moi de vous remercier.

Interview réalisée par David Bangoura

Liens Sponsorisés