“Justice des vainqueurs”: Soro explique pourquoi Gbagbo est à la CPI | Alog News | www.africalog.com
home

“Justice des vainqueurs”: Soro explique pourquoi Gbagbo est à la CPI

Nov 30, 2011

Le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro a affirmé que l’absence de repentance et le manque d’humilité des soutiens de Laurent Gbagbo ont conduit l'ex-président ivoirien à la Cour pénale internationale (CPI), où il a été écroué dans la nuit de mardi à mercredi.

L’absence de repentance et le manque d’humilité du FPI (Front populaire ivoirien, ex-parti au pouvoir) ont conduit M. Laurent Gbagbo à la CPI, a-t-il déclaré mercredi dans une intervention en conseil des ministres dont le texte a été publié par ses services.

Le FPI a rejeté la main tendue du président Alassane Ouattara avec son refus de participer au gouvernement, son refus de prendre part aux prochaines élections l’égislatives du 11 décembre, manquant ainsi de concourir à l’apaisement général et à la réconciliation nationale, a accusé M. Soro.

Durant sa détention à Korhogo (nord), depuis le mois d'avril jusqu'au mardi 29 novembre, M. Gbagbo n’a entrepris aucune démarche en vue de nouer le dialogue avec vous. Bien au contraire, des mots d’ordre extrémistes ont été donnés par avocats interposés pour entraver la normalisation en cours, a-t-il poursuivi.

Dans mon intime conviction, si le FPI était représenté au gouvernement, participait aux législatives et s’engageait dans la vraie réconciliation, ce serait autant d’espace et d’arguments qui auraient peut-être permis de tracer un tout autre destin pour leur dirigeant, a déclaré le Premier ministre.

D'une manière générale, dans ce siècle nouveau, où l’universalité de la démocratie s’impose à toutes les nations, l’on ne peut se jouer du peuple indéfiniment, l’on ne peut commettre des crimes de sang impunément, a-t-il conclu.

Le président Ouattara a estimé que ce transfèrement montre que nul n'est au-dessus de la loi et qu'il contribuera à l'instauration de l'Etat de droit dans le pays, rapporte le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, dans le communiqué du conseil des ministres.

M. Ouattara a également indiqué que le départ de M. Laurent Gbagbo à La Haye s'est déroulé dans la discrétion, pour préserver sa dignité et éviter des images humiliantes, en considération de son statut d'ancien chef d'Etat, selon le porte-parole.

Les images de Laurent Gbagbo et de son épouse Simone hagards au moment de leur capture le 11 avril par les forces pro-Ouattara, après les deux semaines de guerre ayant conclu la crise post-électorale, avaient eu un très grand retentissement parmi les Ivoiriens et même à l'extérieur.

M. Gbagbo comparaîtra lundi pour la première fois devant la CPI, qui le soupçonne de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011. – AfricaLog avec agence
 

Liens Sponsorisés