www.africalog.com newsletter

Ouattara seul aux urnes

Oct 31, 2020
Ouattara seul aux urnes

Les bureaux de vote ont ouvert ce 31 octobre en Côte d'Ivoire où le président sortant Alassane Ouattara sollicite un troisième mandat en dépit d'une controverse constitutionnelle qui a incité certains opposants à appeler au boycott du scrutin.

Les rues d'Abidjan, la capitale économique du pays, étaient calmes dans la matinée, offrant un contraste avec l'agitation parfois violente qui s'est emparée de la ville ces dernières semaines.

Alassane Ouattara a voté à Cocody, dans le nord d'Abidjan, en compagnie de son épouse et a appelé l'ensemble du corps électoral à en faire autant.

"En dehors de quelques lieux isolés, une douzaine environ, le scrutin se déroule bien", a-t-il déclaré à la prese.

Plusieurs journalistes ont constaté que les opérations de vote se déroulaient sans accroc à Abidjan même si des incidents ont été signalés dans le quartier du Blokosso où une vingtaine de jeunes gens ont bloqué l'entrée d'un bureau de vote avant d'être chassés par la police.
Les électeurs ivoiriens se retrouvent confrontés à un choix familier. Après avoir d'abord déclaré en mars qu'il ne briguerait pas un troisième mandat, le président sortant Alassane Ouattara a finalement décidé de se représenter après la mort soudaine de son successeur désigné, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, en juillet dernier.

Le chef de l'Etat estime que la nouvelle Constitution adoptée en 2016 l'autorise à se porter candidat pour un troisième mandat, ce que ses opposants contestent.
Sa décision a déclenché de violentes actions de protestation qui ont fait une trentaine de morts entre partisans de camps opposés.
Les deux principaux adversaires du président sortant qui ont boycotté ce scrutin sont l'ancien président Henri Konan Bédié, chef de l'Etat de 1993 à 1999 avant d'être renversé par un coup d'Etat, et l'ancien Premier ministre Pascal Affi N'Guessan, chef du gouvernement sous la présidence de Laurent Gbagbo. - AfricaLog avec agence

Buhari intransigeant face au soulèvement populaire

Oct 24, 2020
Buhari intransigeant face au soulèvement populaire

Déception et stupéfaction se sont exprimées jeudi après le discours du président nigérian Muhammadu Buhari, qui s’est montré intransigeant face au soulèvement populaire dans le sud du Nigeria et n’a pas mentionné la répression sanglante qui a ému le monde entier.

Le chef de l’État a parlé à la télévision 48 heures après la répression menée mardi contre des milliers de manifestants pacifiques à Lagos par des militaires et la police, qui a fait au moins 12 morts selon l’ONG Amnistie internationale.
Cette répression et la mise en place d’un couvre-feu à Lagos mardi ont été suivies par deux jours d’émeutes et de pillages à Lagos, la capitale économique du Nigeria.

Dans son discours, le président a prévenu les manifestants qu’il n’autoriserait « personne ni aucun groupe à mettre en péril la paix et la sécurité nationale ».  


«Résistez à la tentation d’être utilisés par des éléments subversifs pour causer le chaos et tuer notre jeune démocratie», a lancé à la jeunesse M. Buhari, ancien général putschiste dans les années 1980 puis démocratiquement élu en 2015.  
Après l’allocution, les réactions des célébrités nigérianes engagées aux côtés des manifestants oscillaient entre la sidération et la déception.
«Quelqu’un a remarqué que le président ne pouvait même pas reconnaître les vies perdues et les personnes blessées à cause de la gâchette de policiers ?», a déclaré sur Twitter l’actrice nigériane Kemi Lala Akindoju.  
«Au lieu de cela, il a célébré les braves policiers qui ont perdu la vie. Rien sur les fusillades», a-t-elle ajouté.

C’était la première fois que le président s’exprimait depuis la répression des manifestations, dont il n’a fait aucune mention directe.  

Le chanteur Davido, écouté dans le monde entier, a tweeté juste après le discours le mot «Wahala», qui signifie en argot nigérian la souffrance ou la peine.  
«Aucune empathie, aucune capacité à rassembler le peuple, ou même à montrer que vous comprenez ce qui se passe. Vous ne nous avez rien donné», a écrit sur Twitter Feyikemi Abudu, l’une des figures de la contestation.  

Ce mouvement a commencé début octobre pour protester contre les violences policières, les manifestants demandaient notamment la fin d’une unité de police accusée de racketter la population, d’arrestations illégales, de torture et même de meurtre.  

Le 12 octobre, le président avait annoncé la dissolution de cette brigade et promis de réformer la police. 
 
Jeudi soir, M. Buhari a affirmé avoir «montré des signes de faiblesse en acceptant les cinq demandes faites par les manifestants» pour réformer la police.
Rapidement, le mouvement s’est mué en un soulèvement contre le pouvoir. Depuis deux semaines, au moins 56 personnes sont mortes dans ces manifestations, selon Amnistie internationale.
Le discours de M. Buhari était très attendu par les 200 millions de Nigérians, mais aussi au-delà des frontières du pays.  

Des vidéos de manifestants agitant des drapeaux et chantant l’hymne national face à des militaires qui tiraient au-dessus d’eux ont été relayées dans le monde, provoquant l’indignation.  

Les États-Unis, l’Union africaine, l’Union européenne et l’ONU ont condamné les violences et ont demandé que leurs responsables soient traduits en justice.  Jeudi soir, le président les a remerciés, les invitant cependant «à attendre d’avoir tous les éléments entre les mains avant de juger».
La déception était grande jeudi aussi parce que de nombreux Nigérians attendaient du discours du président que les responsables de la répression soient désignés.
L’armée et la police, pourtant mises en cause, ont nié être impliquées. 
 
Après ce «mardi sanglant», comme l’ont appelé les Nigérians indignés, Lagos a plongé dans le chaos, des supermarchés ont été pillés, des coups de feu ont été tirés, et deux prisons ont été attaquées avant que les forces de l’ordre n’en reprennent le contrôle.

Un entrepôt où étaient stockés des milliers de sacs de vivres destinés à être distribués aux ménages pauvres affectés par la pandémie du coronavirus a aussi été pillé jeudi.

Sur des vidéos, on pouvait voir des centaines d’hommes et de femmes transportant des sacs blancs estampés du sigle «Covid».  

Le Nigeria, première puissance économique du continent africain grâce à son pétrole, est aussi le pays au monde qui compte le plus grand nombre de personnes vivant sous le seuil de l’extrême pauvreté.

À Lekki, le quartier de Lagos où l’armée avait tiré sur les manifestants, les soldats avaient repris le contrôle des rues jeudi. La situation était calme autour d’un grand centre commercial totalement détruit. 
 
«Maintenant ils savent de quoi nous sommes capables», a dit l’un des jeunes, toujours présent sur les lieux et toujours en colère. «On ne croira plus à leurs conneries désormais», a-t-il lancé, la voix éraillée. «Nous avons juste faim, nous sommes fatigués». - AfricaLog avec agence  

RĂ©pression sanglante Ă  Lagos, 12 morts

Oct 21, 2020
RĂ©pression sanglante Ă  Lagos, 12 morts

Incendies, heurts, coups de feu sporadiques  la situation restait extrêmement tendue à Lagos, au lendemain de la répression de manifestations pacifiques qui ont fait 12 morts selon Amnistie et suscité la réprobation internationale.

Dix personnes sont mortes au péage de Lekki, dans le sud de Lagos, où l’armée a ouvert le feu sur des milliers de manifestants aux alentours de 19 h mardi, selon l’ONG de défense des droits humains.

À Alausa, un quartier du centre de Lagos où un autre rassemblement pacifique avait été organisé, au moins deux manifestants ont été tués, et un autre gravement blessé, par des tirs des forces de l’ordre, ajoute l’organisation.

Le péage de Lekki était l’épicentre de la contestation populaire qui secoue depuis près de deux semaines le Nigeria, première puissance économique de l’Afrique, et pays le plus peuplé du continent. Des milliers de jeunes manifestent contre les violences policières et le pouvoir en place accusé de mauvaise gouvernance.

À ce jour, au moins 30 personnes, dont deux policiers, sont décédées dans ces manifestations.

À Lagos, un couvre-feu avait été imposé mardi à partir de 16 heures, mais des milliers de manifestants avaient décidé de le braver. Notamment à Lekki, où les rassemblements ont cependant toujours été pacifiques.  

«On n’avait pas d’armes, on n’avait même pas de bâton, tout ce qu’on brandissait c’était des drapeaux du Nigeria», a raconté un survivant de la fusillade de Lekki, Larry Matthew. «Tout d’un coup, ils ont enlevé les caméras, éteint les lumières et commencé à tirer. C’était terrible».

«Les soldats avaient clairement une intention, tuer sans se soucier des conséquences», accuse Osai Ojigho, directeur de Amnistie internationale au Nigeria. «Ceux tués ou blessés lors de ces deux rassemblements ont été emmenés par les militaires», affirme l’ONG.

L’Union européenne et l’ONU ont condamné les violences, l’UE jugeant «crucial que les responsables de ces abus soient traduits en justice», l’ONU appelant à «la fin des brutalités et des abus policiers au Nigeria».

Se déclarant «extrêmement préoccupé», le Royaume-Uni a aussi appelé à «mettre fin à la violence» et demandé une enquête.

«Il semble assez clair que les forces nigérianes ont eu un recours excessif à la force, tirant et tuant à balles réelles», a déclaré la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet.

«Si les informations faisant état de la mise hors service de l’éclairage et des caméras de surveillance avant la fusillade devaient être confirmées, cela pourrait suggérer que cette attaque lancée contre des manifestants pacifiques était préméditée, planifiée et coordonnée», a-t-elle ajouté.

La Communauté économique des États ouest-africains (Cédéao) a appelé de son côté le gouvernement du Nigeria «à entamer sans tarder un dialogue afin de trouver rapidement une issue pacifique».

Le chef de l’État ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cédéao, a annoncé dans un communiqué s’être entretenu avec son homologue nigérian, qui selon lui «a lancé le processus qui mènera aux réformes».

Après avoir assuré que l’attaque de Lekki n’avait fait aucun mort, le gouverneur de l’État de Lagos a évoqué le décès à l’hôpital d’une personne «en raison d’un trauma à la tête», tout en disant ne pas savoir s’il s’agissait d’un manifestant. Selon lui, il y a eu en outre 25 contestataires blessés. 
 
L’armée nigériane a elle nié être à l’origine de cette fusillade, dénonçant des «fake news».
Mercredi la tentaculaire Lagos s’était vidée de ses 20 millions d’habitants, priés de rester chez eux alors qu’un couvre-feu total a été imposé.
Mais dans certains quartiers, des violences ont éclaté entre forces de l’ordre et jeunes qui refusaient de respecter ce couvre-feu.

Plusieurs coups de feu ont été tirés à différents endroits de la ville, selon des témoins, certains affirmant que des manifestants ont été abattus.
Un jeune homme de 24 ans est décédé dans une ambulance qui le transportait à l’hôpital, bloquée par les forces de l’ordre à cause d’affrontements, ont affirmé sur Twitter deux figures de la contestation qui coordonnent l’envoi de secours aux manifestants, Moe Odele et Feyikemi Abudu.  

Le siège d’une station de télévision, connue pour ses liens avec un éminent politicien du parti au pouvoir, a aussi été incendié, ainsi qu’une importante station de bus et de nombreux autres bâtiments privés et publics.  

Dans un communiqué mercredi matin, le président Muhammadu Buhari s’est borné à rappeler son engagement «à reformer la police», appelant de nouveau «au calme», sans un mot sur l’attaque de Lekki.

De nombreuses voix s’élèvent au Nigeria pour réclamer sa démission: «M. Buhari vous êtes un échec ! Vieux et incompétent ! […] Démissionnez », a tweeté la star de la musique nigériane Wizkid.

Sur les réseaux sociaux, la mobilisation est «d’une ampleur considérable pour dénoncer la violence de la répression policière avec plus de 4 millions de tweets ces dernières 24 heures pour condamner le #LekkiMassacre», selon l’organisme panafricain d’analyse des réseaux sociaux Afriques Connectées.  

Plusieurs rassemblements ont été organisés pour rendre hommage aux victimes: à Pretoria en Afrique du Sud, à Accra au Ghana ou encore à Londres, où vit une importante communauté nigériane.  

De nombreuses personnalités internationales ont également apporté leur soutien à la jeunesse nigériane, comme le candidat à la présidentielle américaine Joe Biden, ou les superstars Rihanna et Beyoncé. - AfricaLog avec agence   

L’opposition Guinéenne dénonce une “fraude à grande échelle”

Oct 21, 2020
L’opposition Guinéenne dénonce une “fraude à grande échelle”

Le principal parti d’opposition en Guinée a dénoncé une «fraude à grande échelle» visant à le priver de la victoire à la présidentielle de dimanche, alors que les grandes organisations régionales africaines ont jugé le scrutin régulier.

La commission électorale nationale a annoncé dans la soirée de premiers résultats dans quatre circonscriptions sur les 38 du pays, dont trois à Conakry et sa périphérie.

Le président sortant Alpha Condé, qui brigue à 82 ans un troisième mandat controversé, l’emporte largement dans les quatre circonscriptions sur son principal rival Cellou Dalein Diallo, et dépasse les 50 % dès le premier tour dans trois d’entre elles.  
Un officiel de la commission a jugé «impossible d’extrapoler» un résultat national à partir de ces seuls résultats.

M. Condé est «en train de tout mettre en œuvre pour faire modifier les résultats sortis des urnes en sa faveur», avait auparavant accusé devant la presse Fodé Oussou Fofana, directeur de campagne de Cellou Dalein Diallo.

«Les administrateurs territoriaux, les forces de défense et de sécurité, les ministres, les hauts cadres de l’administration centrale et certains magistrats sont tous mobilisés pour réaliser cette fraude à grande échelle», a-t-il détaillé.

M. Diallo avait affirmé lundi avoir gagné l’élection «dès le premier tour», une déclaration unilatérale qui a déclenché des scènes de liesse dans des quartiers de la banlieue de Conakry, son fief et celui de son parti, l’Union des forces démocratiques (UFDG), mais aussi la condamnation du parti au pouvoir ainsi que des violences.

Celles-ci ont coûté la vie à «quatre adolescents tués par les forces de défense et de sécurité aux ordres d’Alpha Condé», a dit Fodé Oussou Fofana. L’UFDG avait jusqu’ici fait état de trois morts.

La commission électorale a jugé la proclamation de victoire de M. Diallo «prématurée».
Le directeur de la communication de l’UFDG, Ousmane Gaoual Diallo, a estimé mardi que «le candidat Cellou Dalien Diallo obtiendrait entre 53 et 58 %», alors que la tension reste palpable à Conakry.

Le domicile de M. Diallo a été encerclé mardi en début de soirée par environ 25 gendarmes et policiers, équipés de casques et de boucliers et soutenus par deux camions anti-émeute.

«Ne pouvant faire face à la vérité des urnes, le régime anti-démocratique d’Alpha Condé tente de s’imposer par la force. Il est temps pour la #Guinée de tourner la page de ce régime liberticide et fratricide», a écrit sur Facebook M. Diallo.

Alpha Condé a pour sa part rompu le silence qu’il observait depuis dimanche par un court message sur Facebook: «#Vous et moi. Je salue la maturité politique de nos concitoyens. La Guinée est une et indivisible. #Paix #Quiétude #Sérénité».

«Le processus électoral s’est déroulé dans la paix, conformément à la législation en vigueur en Guinée», avait dit en début d’après-midi à Conakry le chef de la mission d’observation de la Communauté économique des États ouest-africains (Cédéao), José Maria Neves.

Malgré les craintes de violences, «le scrutin s’est déroulé dans la transparence, dans la sécurité, le calme et la tranquillité», a abondé le chef des observateurs de l’Union africaine, Augustin Matata Ponyo.

L’issue de l’élection, à laquelle concouraient 12 candidats, devrait se jouer entre M. Condé et M. Diallo.

Malgré un climat de vives tensions, le vote lui-même a eu lieu dans le calme dimanche. Mais il a été précédé par des mois de troubles meurtriers et une campagne acrimonieuse au cours de laquelle personne n’a donné l’impression d’être prêt à accepter une défaite.
La Guinée est coutumière des effusions de sang dans les périodes de confrontation politique. Ces derniers mois, les manifestations de l’opposition contre un troisième mandat de M. Condé ont été durement réprimées. Des dizaines de civils ont été tués, opposition et autorités divergeant sur les chiffres et les responsabilités.

M. Diallo et son parti se sont constamment dits inquiets que M. Condé leur «vole» la victoire en trichant, comme cela fut le cas, selon eux, aux présidentielles de 2010 et 2015. Leur défiance a été avivée par la modification de la Constitution à laquelle M. Condé a fait procéder en mars pour, dit-il, moderniser le pays.

Lui et son camp ont invoqué cette nouvelle Constitution pour justifier sa candidature à un troisième mandat. Le nombre en est normalement limité à deux, mais ils ont fait valoir que le changement constitutionnel a remis les compteurs à zéro.
Un second tour, s’il doit avoir lieu, est programmé le 24 novembre. - AfricaLog avec agence

Trump hospitalisé avec la COVID-19

Oct 02, 2020
Trump hospitalisé avec la COVID-19

À un mois de l’élection, le président de la première puissance mondiale a quitté la Maison Blanche sans un mot, en portant en masque, pour rejoindre en hélicoptère l’hôpital de Walter Reed, dans la banlieue de Washington.

«Je veux remercier tout le monde pour l’incroyable soutien […] Je pense que je vais très bien, mais nous allons nous assurer que les choses se passent bien», a-t-il déclaré dans un message vidéo publié sur Twitter peu après son départ.

Selon sa porte-parole, Kayleigh McEnany, cette hospitalisation, qui devrait durer «quelques jours», a été décidée «dans un souci d’extrême prudence» et sur recommandation d’experts médicaux.  

Donald Trump y travaillera «depuis les bureaux présidentiels», a-t-elle précisé.

L’inquiétude gagnait le camp républicain à un mois de la présidentielle face au démocrate Joe Biden, qui est lui immédiatement reparti en campagne.

Le 45e président des États-Unis «continue à souffrir de fatigue mais a le moral», a déclaré vendredi après-midi son médecin Sean Conley dans un nouveau bulletin de santé au ton moins serein que dans la nuit, lorsqu’il avait assuré que son patient allait «bien».

Les médecins lui ont injecté une dose du cocktail expérimental d’anticorps de synthèse développé par la société Regeneron.

Des experts soulignaient le danger d’injecter dans l’homme le plus puissant du monde un médicament certes prometteur mais encore si peu testé, en raison des possibles effets secondaires.  

Avec des patients âgés, «je suis généralement très prudente sur tout ce qui est expérimental et n’a pas été prouvé», dit Carla Perissinotto, médecin gériatre à l’université de Californie à San Francisco.

Le président américain, qui n’a cessé de minimiser la pandémie et a multiplié les rassemblements souvent au mépris des règles sanitaires, avait lui-même annoncé ce rebondissement dans une campagne tendue à l’extrême.

«La première dame et moi-même avons été testés positifs à la COVID-19», a écrit dans la nuit de jeudi à vendredi le milliardaire républicain, 74 ans, dans un tweet qui a rapidement battu des records de «likes». Il a expliqué que Melania Trump et lui entraient en «quarantaine».

Les responsables de la Maison Blanche, tout en évoquant des «symptômes légers», se sont voulus rassurants sur son «rétablissement rapide», martelant qu’il restait bien aux commandes du pays.

Concrètement, sa campagne est stoppée net.
L’équipe du président, qui se vante régulièrement d’avoir une santé de fer, a annoncé que « tous les évènements » prévus deviendraient « virtuels » ou seraient «reportés».

Le candidat républicain doit ainsi renoncer aux rassemblements qu’il affectionne – et sur lesquels il semblait compter pour rattraper son retard persistant dans les sondages en vue de l’élection du 3 novembre.

Donald Trump est très critiqué pour sa gestion de l’épidémie, ce qui pèse sur ses chances de réélection. Il est accusé d’avoir manqué de compassion face aux victimes du virus et d’avoir envoyé des signaux contradictoires sur sa gravité, sur les traitements potentiels et sur le port du masque, qu’il n’endosse que rarement après s’y être longtemps refusé.

Après avoir souhaité un «prompt rétablissement» à Donald et Melania Trump, Joe Biden, qui a lui été déclaré négatif vendredi matin, a enfoncé le clou.
«Il ne s’agit pas de jouer au dur. Il s’agit de jouer son rôle. Porter un masque ne vous protégera pas seulement vous mais aussi ceux qui sont autour de vous», a-t-il lancé dans le Michigan.

Le candidat démocrate, 77 ans, a maintenu ce déplacement trois jours seulement après avoir partagé la scène du premier débat présidentiel avec son adversaire républicain. L’incertitude pèse désormais sur le prochain duel, prévu le 15 octobre.

Mais Joe Biden, souvent raillé par le président sortant pour sa campagne en retrait au nom du principe de précaution, semble déterminé à continuer de parcourir les États les plus disputés pendant que Donald Trump est confiné à la Maison Blanche.

Au-delà de la campagne, certains observateurs s’interrogent déjà sur les conséquences institutionnelles d’un hypothétique empêchement du président: le vice-président Mike Pence prendrait les rênes à la fois du pays et de la campagne républicaine.

Dans l’immédiat, Mike Pence, testé négatif vendredi matin, va lui poursuivre ses déplacements électoraux.

Mais l’inquiétude gagnait le camp républicain, dont plusieurs personnalités ont été testées positives ces derniers jours, comme la présidente du parti Ronna McDaniel et le sénateur Mike Lee, qui s’était rendu récemment à la présidence.
La première alerte était venue jeudi soir du test positif de Hope Hicks, proche conseillère de Donald Trump qui a voyagé avec lui mardi et mercredi.

La Maison Blanche a depuis commencé à tracer les cas contacts de ceux qui ont approché l’ex-magnat de l’immobilier, sachant qu’une personne contaminée commence généralement à être contagieuse deux jours avant l’apparition des symptômes. Elle n’a toutefois pas expliqué comment l’un des hommes les plus protégés de la planète avait contracté le virus.

«Bien que nous soyons au milieu d’un grand combat politique, et nous prenons cela très au sérieux, nous voulons aussi adresser nos meilleurs vœux au président des États-Unis (et à) la première dame», a déclaré son prédécesseur démocrate Barack Obama.  

De nombreux dirigeants mondiaux ont aussi exprimé leurs vœux de «prompt rétablissement» à Donald Trump et son épouse.

Parmi eux, le premier ministre britannique Boris Johnson, lui-même atteint de façon grave il y a quelques mois.

«Je suis convaincu que votre vitalité naturelle, votre vigueur d’âme et votre optimisme vous aideront à vaincre ce dangereux virus», lui a écrit, plus emphatique, son homologue russe Vladimir Poutine.

Enfin le patron de l’Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, accusé par Washington d’avoir mal géré la pandémie, lui a adressé ses «meilleurs vœux de complet et prompt rétablissement». - AfricaLog avec agence

Trump «insulte» la mémoire de Mandela

Sep 09, 2020
Trump «insulte» la mémoire de Mandela

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, a condamné les «remarques désobligeantes» et les «insultes» attribuées au président américain Donald Trump à l’égard du premier président noir sud-africain, Nelson Mandela.

Dans des mémoires qui doivent être publiées cette semaine, l’ancien avocat de M. Trump, Michael Cohen, accuse le président américain de remarques racistes à l’égard de plusieurs dirigeants noirs, notamment son prédécesseur Barack Obama mais aussi l’icône anti-apartheid.

Selon le Washington Post, qui s’est procuré les bonnes feuilles de cet ouvrage, M. Cohen cite Donald Trump affirmant que Mandela n’est «pas un vrai leader» et le décrit faisant l’éloge du régime de l’apartheid.

«Tous les peuples épris de liberté sont atterrés par ces insultes (..) venant de la part d’une personne qui n’est pas, elle-même, un modèle de leadership compétent», a asséné l’ANC dans un communiqué.

«Trump est un homme clivant, misogyne et irrespectueux», poursuit l’ANC, notant le «contraste saisissant» entre ce dernier et Mandela qui «comprenait la valeur des amitiés internationales».

La Fondation Nelson Mandela a estimé de son côté que «les dirigeants qui se conduisent comme M. Trump» ne sont pas bien placés pour proposer des «commentaires faisant autorité» sur la vie et l’œuvre de Mandela.  

Interrogé, la porte-parole de la Maison Blanche a décrit M. Cohen comme un «criminel en disgrâce» et un «avocat radié» du barreau: «Il a perdu toute crédibilité et il n’est pas surprenant d’assister à cette dernière tentative pour profiter de ses mensonges», a affirmé Kayleigh McEnany dans un courriel mardi matin.

Nelson Mandela a été élu président en 1994 après près de trois décennies passées en prison pour son combat contre le régime raciste de l’apartheid.  
Le prix Nobel s’était retiré de la vie politique cinq ans plus tard. Il est mort en 2013 à l’âge de 95 ans. - AfricaLog avec agence

Washington sanctionne Fatou Bensouda de la CPI

Sep 02, 2020
Washington sanctionne Fatou Bensouda de la CPI

Les États-Unis ont annoncé des sanctions contre la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda.

«Tout individu ou entité qui continuera à assister matériellement» la procureure «s’expose également à des sanctions», a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo lors d’une conférence de presse.

Déjà engagé dans une offensive sans précédent contre la CPI, le président américain Donald Trump avait autorisé en juin des sanctions économiques contre ses responsables pour dissuader la juridiction de poursuivre des militaires américains pour leur implication dans le conflit en Afghanistan.

La CPI avait alors déploré «une série d’attaques sans précédent» à son encontre, soulignant son indépendance.


«Aujourd’hui nous passons de la parole aux actes », a expliqué Mike Pompeo, «car la CPI continue malheureusement de viser des Américains».

La Cour, qui siège à La Haye, aux Pays-Bas, a décidé en appel en mars d’autoriser l’ouverture d’une enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Afghanistan malgré l’opposition de l’administration Trump. - AfricaLog avec agence

Les putschistes acclamés à Bamako

Aug 21, 2020
Les putschistes acclamés à Bamako

Sous les vivats de milliers de personnes rassemblées vendredi à Bamako pour fêter la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta, les militaires ayant pris le pouvoir au Mali ont remercié «le peuple malien pour son soutien», à la veille de l’arrivée d’une mission ouest-africaine.

Entourés de militaires en armes, Malick Diaw, n° 2 du «Comité national pour le salut du peuple» (CNSP) mis en place par les putschistes, ou encore leur porte-parole, le colonel-major Ismaël Wagué, ont été accueillis sous les youyous au pied du monument de l’Indépendance.
«Nous sommes venus […] remercier le peuple malien pour son soutien. Nous n’avons fait que parachever le travail que vous aviez commencé», a lancé à la foule enthousiaste Ismael Wagué, après avoir expliqué par «un empêchement de dernière minute» l’absence du chef de la junte et nouvel homme fort du Mali, le colonel Assimi Goïta, 37 ans.

La foule était plus nombreuse que lors des manifestations organisées depuis juin par le Mouvement du 5-Juin (M5-RFP) pour réclamer le départ du président Keïta, dit «IBK».

Les militaires ont ensuite laissé la place aux dirigeants de cette coalition hétéroclite qui avait appelé au rassemblement de vendredi. Ceux-ci ont salué l’intervention des militaires: «il n’y a pas de coup d’État, il n’y a pas de junte, nous avons des Maliens qui ont pris leurs responsabilités», explique l’un de ces dirigeants, Mohamed Aly Bathily.
L’influent imam Mahmoud Dicko, figure morale dont le rôle a été crucial dans la mobilisation anti-IBK, a lui annoncé à la foule retourner « à la mosquée », avant de remercier les militaires putschistes et d’appeler à « chasser les démons de la division ».

«Je suis imam et je reste imam», a ajouté l’imam Dicko, laissant néanmoins entendre qu’il continuerait à exercer une influence sans toutefois s’impliquer directement dans l’action politique.
«Nous avons gagné […] c’est la victoire du peuple», jubilait Mariam Cissé, 38 ans dans la foule.
Une mission dépêchée par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour réclamer le «retour à l’ordre constitutionnel» est attendue samedi à Bamako. Elle sera conduite par l’ancien président nigerian Goodluck Jonathan, accompagné du président de la Commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, et du ministre des Affaires étrangères du Niger, Kalla Ankourao.

La junte la recevra «avec plaisir» samedi, a assuré à un responsable du nouveau pouvoir, alors que des manifestants brandissaient vendredi des pancartes hostiles à l’organisation ouest-africaine qui a réclamé jeudi le «rétablissement» du président Keïta, au pouvoir depuis 2013.

L’ONU a indiqué avoir pu rendre visite jeudi soir aux personnalités arrêtées lors du coup d’État mardi, dont le président renversé et son premier ministre Boubou Cissé, toutes détenues au camp militaire de Kati, ville-garnison proche de Bamako, devenu le centre du nouveau pouvoir. - AfricaLog avec agence

Coup d’État salutaire au Mali

Aug 19, 2020
Coup d’État salutaire au Mali

La communauté internationale a accentué mercredi la pression sur les militaires ayant pris le pouvoir au Mali qui a été suspendu de l’Union africaine (UA), ce qui n’a pas dissuadé les putschistes d’appeler les Maliens à reprendre une vie normale.

L’UA a suspendu le Mali «jusqu’au retour de l’ordre constitutionnel» et demandé «la libération du président (Ibrahim) Boubacar Keita, du premier ministre et des autres responsables du gouvernement arrêtés par la force par l’armée».

La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), médiatrice dans la crise qui frappe le Mali depuis juin, a également suspendu ce pays avant une réunion jeudi en visioconférence.

À l’issue d’un sommet extraordinaire, l’UE a réclamé la libération «immédiate» des dirigeants arrêtés et un «retour immédiat de l’état de droit». «La stabilité de la région et du Mali, la lutte contre le terrorisme doivent demeurer des priorités absolues», selon le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, soulignant «l’extrême préoccupation» des Européens.

Par la voix de Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, les États-Unis ont eux «fermement» condamné «la mutinerie» et exigé que la «liberté et la sécurité » des dirigeants maliens et de leurs familles soient «assurées».

L’Algérie, qui partage 1400 km de frontières avec le Mali et a joué un rôle important dans les pourparlers de paix dans ce pays, «réitère son ferme rejet de tout changement anticonstitutionnel de gouvernement».

Autre pays du Maghreb partenaire du Mali, le Maroc a appelé à une «transition civile pacifique, permettant un retour rapide et encadré à l’ordre constitutionnel».
Ces condamnations n’ont pas dissuadé le colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a pris le pouvoir, de demander à ses compatriotes de «vaquer librement à leurs occupations». Il a notamment demandé aux fonctionnaires de reprendre le travail jeudi et a assuré «que toutes les dispositions sont prises pour la protection des personnes et des biens, ainsi que les lieux de travail».

Il a aussi demandé «d’arrêter immédiatement les actes de vandalisme et de destruction des édifices publics». Des manifestants ont incendié mardi le cabinet d’avocat de l’ex-ministre de la Justice Kassim Tapo.

Pas un mot sur IBK

Ismaël Wagué n’a en revanche rien dit sur le président Keïta, dit IBK, ni le chef du gouvernement, Boubou Cissé, toujours au camp militaire de Kati, le quartier général des auteurs du coup d’État près de Bamako.
D’autres responsables civils et militaires ont également été arrêtés mardi.
Le calme régnait mercredi dans la capitale, qui portait encore les stigmates des incidents ayant ponctué ce renversement de pouvoir, notamment les bureaux abritant le cabinet d’avocats de l’ex-ministre de la Justice Kassim Tapo, attaqués et incendiés par des gens en colère, selon des journalistes.

Dans le centre de Bamako, la population vaquait à ses occupations, mais les administrations et les banques étaient fermées.

Le président Keïta, élu en 2013 puis réélu en 2018 pour cinq ans, a annoncé à la télévision publique sa démission dans la nuit de mardi à mercredi, puis la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale. «Ai-je réellement le choix ?», a-t-il déclaré, en disant vouloir éviter que du sang ne soit versé pour qu’il se maintienne au pouvoir.  
Le colonel-major Ismaël Wagué, chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air, a ensuite annoncé la création du CNSP, expliquant que les militaires avaient «décidé de prendre (leurs) responsabilités» face au chaos et à l’insécurité.
Les militaires ont appelé la société civile et les mouvements politiques à «créer les meilleures conditions d’une transition politique civile conduisant à des élections générales crédibles» dans un «délai raisonnable».

Les putschistes ont annoncé la fermeture des frontières et l’instauration d’un couvre-feu, tout en tentant de rassurer la communauté internationale sur leurs intentions.
Respect des accords passés

«Tous les accords passés» seront respectés, a affirmé le colonel Wagué.  
«La (mission de l’ONU) Minusma, la force (anti-djihadiste française) Barkhane, le G5 Sahel (qui regroupe cinq pays de la région), la force Takuba (un groupement de forces spéciales européennes censées accompagner les Maliens au combat) demeurent nos partenaires», a-t-il assuré, en ajoutant que les militaires étaient «attachés au processus d’Alger», l’accord de paix signé en 2015 entre Bamako et les groupes armés du nord du pays.

Le coup d’État prolonge la crise sociopolitique à laquelle est confronté le Mali depuis plusieurs mois et que la médiation de la Cédéao n’a pas pu résoudre.
Une coalition hétéroclite d’opposants politiques, de guides religieux et de membres de la société civile a multiplié les manifestations pour réclamer le départ du président Keïta, accusé de mauvaise gestion.

Mercredi soir, ni le M5 ni la figure de proue de la contestation, l’influent imam Mahmoud Dicko, n’avaient encore fait part de leurs intentions après le renversement de leur bête noire.
Le week-end du 10 juillet, une manifestation à l’appel du Mouvement du 5 juin avait dégénéré en trois jours de troubles meurtriers.  - AfricaLog avec agence

Le peuple ivoirien se mobilise contre Ouattara, 4 morts

Aug 13, 2020
Le peuple ivoirien se mobilise contre Ouattara, 4 morts

Au moins quatre personnes sont mortes mercredi et jeudi en Côte d'Ivoire, dans des violences liées à la candidature controversée du président Alassane Ouattara à un troisième mandat lors de l'élection présidentielle du 31 octobre.

Plusieurs mouvements d'opposition avaient appelé à manifester jeudi contre cette candidature.

Un jeune de 18 ans a été tué jeudi à Bonoua (sud-est) au cours de heurts avec les forces de l'ordre, a annoncé Jean-Paul Améthier, le maire de la ville située à 50 km d'Abidjan, ancien fief de l'ex-première dame Simone Gbagbo.

"Le commissariat de Bonoua a été saccagé par les manifestants en colère", a témoigné Hervé Niamkey, un habitant de la ville.

La situation est tendue dans cette ville traversée par une voie internationale qui relie Abidjan au Ghana.

Des violences ont aussi éclaté à Daoukro, bastion de l'ancien président Henri Konan Bédié, également candidat à la présidentielle.

"Le calme revient timidement, mais nous déplorons trois morts" a indiqué une source sécuritaire, sous couvert de l'anonymat. Des témoins ont aussi fait état de trois morts lors d'affrontements entre des partisans d'Henri Konan Bédié et des jeunes favorables à Ouattara.
D'autres heurts ont eu lieu jeudi entre manifestants et force de l'ordre, notamment dans la capitale économique Abidjan. Les autorités avaient interdit les manifestations.

Le président Alassane Ouattara, 78 ans, élu en 2010 puis réélu en 2015, avait annoncé dans un premier temps en mars passer le relais à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Mais celui-ci est décédé le 8 juillet d'un infarctus. Après ce décès, Alassane Ouattara a annoncé le 6 aout qu'il briguerait finalement un troisième mandat.

La Constitution limite à deux les mandats présidentiels, mais opposition et pouvoir sont en désaccord sur l'interprétation de la réforme adoptée en 2016: les partisans de Ouattara affirment qu'elle a remis le compteur des mandats à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature. - AfricaLog avec agence

Liens Sponsorisés